dimanche 1 juin 2014

Le mystère d'Edwin Drood de Charles Dickens

Avant-propos : J’avais lu beaucoup de mal du mystère d’Edwin Drood, notamment de la part de Wilkie Collins et d’Henry James qui disaient que c’était l’œuvre d’un écrivain vieillissant. De ce fait, je n’en attendais pas grand-chose surtout que c’est un roman inachevé. J’avais envie de le lire pour pouvoir passer à son adaptation (BBC 2012) et surtout à toute la littérature droodienne qui me tendait les bras et dont je vous reparlerai (L’affaire D de Fruttero, Drood de Dan Simmons, Monsieur Dick de Jean-Pierre Ohl,  The Last Dickens de Matthew Pearl). J’avais essayé de le lire en anglais, mais je ne comprenais pas le début (et pour cause, voir ci-dessous). J’ai fait venir ce livre à ma bibliothèque. J’ai bien fait car j’ai été absolument captivée de bout en bout, même par la fin, terminée par Paul Kinnet, qui m’a paru logique.

Mon avis : Le livre s’ouvre de manière très originale sur le délire d’un adepte d’une fumerie d’opium qui imagine que les bords du lit sont les tours d’une cathédrale. On découvre rapidement que cet adepte est John Jasper, personnage qui m’a totalement fascinée. Chantre de la cathédrale le jour, il se livre la nuit à des activités beaucoup plus énigmatiques (comme par exemple, visiter la cathédrale en endormant son guide). Totalement dévoué à son jeune neveu, Edwin Drood, il est pourtant amoureux de la fiancée de celui-ci. Personnage aux deux visages (j’ai lu quelque part – mais je ne retrouve plus où – qu’il aurait inspiré Stevenson), on a du mal à le saisir. Tout le désigne comme coupable, mais on n’a aucune preuve. De plus, on ne sait pas ce qui l’a poussé à consommer de l’opium, ni quel est son passé. 

J’ai beaucoup aimé le couple Rosa – Edwin. Les deux personnages sont un peu insipides, mais leur relation est originale : ils sont destinés à se marier dès l’enfance et cela leur pèse, car ils n’ont pas le choix. Mais, ils ont tout de même de l’affection l’un pour l’autre et on pourrait se demander si ce n’est pas le fait qu’ils soient obligés de se marier qui fait qu’ils ne sont pas amoureux. Si Rosa est un peu gourde, les passages avec John sont très intéressants puisque elle soupçonne dès le début d’être malveillant et d’être capable d’avoir une influence sur elle (peut-être même de pratiquer le mesmérisme).

Au fur et à mesure de l’histoire, viennent s’ajouter des personnages énigmatiques. Tout d’abord, les jumeaux Landless (littéralement sans terre), originaires de Ceylan, qui vont bouleverser la petite ville bien tranquille de Cloisterham. Ils ne sont pas particulièrement bien vus parce qu’ils sont étrangers, mais aussi parce que Neville a un comportement assez violent et s’en prend à Edwin.
Deux autres personnages arrivent tardivement dans le récit et semblent sortis de nulle part : il s’agit de Mr Tartar et surtout de Dick Datchery qui va enquêter sur la disparition d’Edwin. Qui sont-ils ? Sont-ils vraiment des inconnus ? Quels rôles ont-ils à jouer dans  le récit ?

Enfin, il y a toute une galerie de  personnages croquignolesques comme habituellement chez Dickens : du pseudo-philanthrope Honeythunder (quel patronyme !), le maire donneur de leçons Sapsea, la « bergèree de porcelaine » Mrs Crisparkle, les oppositions entre Mrs Billickin et Mrs Twinkleton, le tailleur de pierres Durdles qui parle de lui à la 3e personne ou bien encore le jeune Deputy qui passe son temps à jeter des cailloux aux adultes.

Bref, je ne vois pas trop comment on peut dire que Dickens avait perdu la main (même si c'est Henry James qui le dit).

Reste le problème de la résolution de l’énigme. Est-ce un roman policier ou un roman à suspense psychologique ? Est-ce qu’Edwin a été tué ou a-t-il seulement disparu ? Qui est Dick Datchery ? Quel est le passé des protagonistes ? Dickens allait-il abandonner ses traditionnels dénouements où tout est lié ?

J’ai apprécié le dénouement proposé par Paul Kinnet, même si pour moi cela manque un peu de « tout est lié »
Spoiler:
Datchery est Edwin Drood qui est déguisé. Il a réussi à échapper à son oncle en lui faisant croire qu’il était mort au moment où il l’étranglait. S’engage une course poursuite dans la cathédrale. Jasper tue Neville en le jetant du haut de la tour. Il est arrêté et avoue ensuite tous ses crimes à Helena Landless sous l’effet de l’opium (ce qui correspond à la gravure qui était préparée pour l’ouvrage). 

En quelques mots : Même s’il est inachevé, les personnages et l’ambiance crées par Dickens méritent qu’on découvre ce livre, pour laisser ensuite place à notre imagination. 







18 commentaires:

  1. Tu me donnes de plus en plus envie de retrouver Dickens :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas oublié ma promesse de te prêter Bleak House ^^ Il faut juste que le termine, mais celui-ci m'a relancé dans ma passion pour Dickens !

      Supprimer
  2. Eh oui mon cher Henry déraisonnait parfois ! J'ai adore le roman inachevé de mon cher Charlie et je trouve qu'il n'a absolument pas perdu la main. Quel dommage qu'il n'ait pu le terminer. J'ai déjà lu le Dan Simmons que j'ai beaucoup aimé mais je dois encore lire les autres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vraiment dommage parce qu'il y a tellement d'hypothèses possibles (même si ça fait aussi son charme !). J'ai lu L'affaire D et j'ai été très déçue (billet demain logiquement).

      Supprimer
  3. J'ai lu ce roman dans sa version inachevée après avoir adoré Drood de Dan Simmons, et j'ai moi aussi trouvé ça excellent, notamment la galerie de personnages secondaires qui sont à mourir de rire. J'ai d'ailleurs trouvé ça mieux que Les Grandes Espérances (mais certaines vont me taper si elles entendent ça :p). L'adaptation de la BBC est superbe et la fin choisie m'a bien convaincue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai quand même une préférence pour De Grandes espérances (et je ne te taperai pas^^), mais j'ai vraiment celui-ci. Le billet de l'adaptation est au programme (si j'ai le courage de l'écrire ^^). J'ai bien aimé sa fin avec justement du "tout est lié" !

      Supprimer
  4. Des personnages "croquignolesques" ? Ahhhh tu avais manqué à cette blogosphère ! ^*^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'avoue que quand le correcteur d'orthographe (ignare) me l'a souligné, j'ai été prise d'un doute, et j'ai vérifié sur le Larousse ^^

      Supprimer
  5. J'avais aussi beaucoup aimé. j'avais,comme tout le monde tout plein de théories... dont celle que tu mentionnes... mais elle n'était pas la seule!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en ai plein aussi et ce que je trouve très fort, c'est qu'aucune ne semble impossible comme quoi Charlie avait bien réussi à brouiller les pistes !

      Supprimer
  6. Ça fait plaisir de te retrouver !
    Il ne me tente pas, mais on ne sait jamais, un jour peut-être !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! PS : Désolée de ne pas avoir participer au final à la LC de Long weekend, je l'ai lu, mais je n'ai pas été aussi enthousiastes que vous tout en étant incapable d'expliquer pourquoi et donc d'en faire un billet.
      Il ne me tentait pas non plus, mais j'ai été agréablement surprise.

      Supprimer
  7. J'ai prévu du Dickens aussi - j'espère avoir le temps - je vais tenter Londres la nuit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le problème du mois anglais, on court toujours après le temps ^^ Je serais curieuse d'avoir ton avis sur Londres la nuit.

      Supprimer
  8. Je ne pense pas le lire tout de suite, mais je le note, ton avis m'intrigue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te le conseille si tu aimes Dickens !

      Supprimer
  9. J'ai vu l'adaptation et il FAUT que je lise ! Dès que j'ai le temps, je me plonge dans les dickens que j'ai dans ma PAL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui surtout que l'adaptation est différente du livre. Le premier épisode respectent l'intrigue mais dans le deuxième ils proposent totalement autre chose.

      Supprimer