vendredi 21 février 2014

La voleuse de livres de Markus Zusak

Avant-propos : A l’occasion de la sortie du film, j’ai lu La voleuse de livres, roman qui a été un coup de cœur pour de nombreuses personnes. Je dois dire que je ressors assez mitigée de ma lecture.

Mon résumé : Allemagne, 1939. La mort nous raconte l’histoire de Liesel, jeune allemande de 13 ans, de son amour pour les livres à sa survie dans son petit village près de Munich pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Mon avis : La construction du livre m’a semblé inutilement compliquée. Il est assez difficile d’accrocher aux premières pages (d’ailleurs, j’ai vu que de nombreuses personnes avaient renoncé et je pense que j’aurais fait pareil, si je l’avais pas payé). L’auteur ne cesse de faire des sauts en avant dans son histoire et des retours en arrière qui m’ont paru un peu artificiels, voire même dommageables car à certains moments, je ne savais plus à quelle période on se situait. De plus, la mort de l’un des personnages est annoncée assez tôt, ce qui retire un peu d’émotion (peut-être est-ce volontaire, vu que la suite en est chargée et que le livre s’adresse à un public jeunesse).
L’autre élément qui m’a « sortie » du roman est le fait que la mort soit la narratrice. Cette narration m’a semblé assez confuse. Parfois on a l’impression qu’elle est omnisciente, alors qu’elle nous dit le contraire, parfois elle prend la parole et à d’autres moments elle disparaît. La mort est envoyée par dieu et accomplit sa tâche, mais on ne sait pas trop sur quel critère (est-ce dieu qui décide ?). Elle accuse  tout de même par moments Hitler d’être responsable. Mais je trouve que quand on se lance dans des sujets métaphysiques, on doit le faire avec un peu plus de finesse que cela ou s’abstenir en particulier sur ce sujet. Sans compter une question bêtement pratique : la mort, entité incorporelle, a réussi à ramasser le livre/journal intime de Liesel. Comment a-t-elle fait comme ?
Il y a aussi petite tendance à tirer sur la corde vers le pathos et c’est toujours un peu dangereux sur un sujet à la base aussi dramatique. Le personnage de Hans, père adoptif de Liesel, même s’il est très attachant, est tout de même un peu trop parfait (qui va forcément cacher un juif). C’est lui qui apprend à lire à Liesel. La jeune fille va tellement apprécier cela qu’elle va dérober des livres, les relire sans cesse et même les faire découvrir aux autres.
Si on connaît la vie la population allemande pendant la seconde guerre mondiale, on n’apprendra pas grand-chose de nouveau. Mais, je sais pertinemment que la plupart de la population ne la connaît pas et le point de vue de montrer des allemands qui subissent la guerre (autodafés, privations, rationnement, embrigadement, bombardements…) est intéressant, si on ne le connaît pas. Le village de Liesel est situé près du camp de concentration de Dachau et le livre montre que la population n’ignorait pas son existence mais que les habitants ne pouvaient pas réagir sans risquer leur vie.
J’ai trouvé certains personnages secondaires particulièrement réussis. Par exemple, le jeune Rudy, complice de Liesel, qui a participé à une course en se couvrant le visage en noir pour faire comme Jesse Owens et qui est persécuté par ses camarades des jeunesses hitlériennes (et accessoirement qui est amoureux de Liesel). Ou bien  la femme du maire qui porte en elle une blessure liée à la mort de son fils. Ou encore le soldat qui revient de Stalingrad.
Au niveau de la forme, par contre, j’ai beaucoup aimé l’insertion de dessins issus de l’un des carnets des protagonistes.


En quelques mots : L’auteur a un style très particulier auquel il n’est pas forcément facile d’adhérer et j’aurais préféré plus de simplicité sur un tel sujet, même si certains personnages sont assez intéressants et la fin est quand même prenante.

30 commentaires:

  1. J'avais donc raison de me méfier ! Je n'avais pas réussi à le démarrer, mais je l'emprunterai peut-être à nouveau à l'occasion...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais mieux fait de l'emprunter ! Le début est difficile, mais ça se lit quand même. Après, je pense que tu peux lire plein d'autres livres plus intéressants pour toi que celui-ci :p

      Supprimer
  2. Je crois que c'est la première critique mitigée que je lis de ce roman et cela me rassure un peu car je l'ai commencé mais sans adhérer du tout et je pensais être passée à côté de quelque chose tellement le livres semblait plaire et recevait même des louanges. Là je me suis arrêtée au moment où Max arrive. Je pense reprendre ma lecture mais je ne suis pas vraiment pressée. Franchement, je trouve que la narration de la mort n'apporte pas grand chose, et même qu'elle est parfois assez stupide (certains diront naïve). J'aurais sans doute été plus encline à avancer dans la narration sans cet artifice d'ailleurs. Je ne sais que penser de ce roman pour l'instant car malgré tout je me suis un peu attachée à Liesel, Rudy et le père adoptif donc j'ai envie de lire la suite mais je crois que je vais sauter toutes les notes se rapportant à la mort...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vraiment cela, ça manque de simplicité. J'ai lu que dans sa 1e écriture, l'auteur avait juste rédigé le journal de Liesel et qu'il avait rajouté la narration de la mort après. C'est dommage de ne pas pouvoir lire la version d'origine.
      Les personnages sont effectivement attachants malgré leur côté un peu caricatural. Ca vaut quand même le coup de le finir.

      Supprimer
  3. Pas encore lu, et j'ai un livre de l'auteur sur mon chevet. J'espère aimer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne savais pas qu'un autre de ses livres avait été traduit. J'espère qu'il te plaira !

      Supprimer
  4. je ne te lis qu'en diagonale, j'essaye de le finir ce week-end et je reviendrais comparer nos avis, aux 3/4, globalement, j'aime, mais je trouve ça un peu long...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne fin de lecture, j'attends ton billet !

      Supprimer
  5. J'ai un excellent souvenir de ce livre mais je me souviens qu'à sa sortie, les avis étaient déjà mitigés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'étais pas sur la blogo au moment de sa sortie, les billets récents étaient plutôt dithyrambiques et les notes sur goodreads ou babelio très bonnes.

      Supprimer
  6. Ah là là...Tout ce que tout reproche à ce roman, c'est justement ce qui en fait un livre à part pour moi :) Bon je sais bien qu'il ne peut pas plaire à tout le monde, mais je considère ce livre comme un petit chef-d'oeuvre et je suis toujours déçue quand quelqu'un ne l'aime pas ou sort de sa lecture avec des sentiments mitigés :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je sais bien ! Je suis toujours un peu triste aussi quand je n'aime pas un livre que beaucoup d'autres ont aimé ^^
      Mais je ne peux rien y faire, je n'ai vraiment pas réussi à rentrer dedans...

      Supprimer
  7. Tout ce que tu* reproches...Bah voilà, j'ai tellement de chagrin que j'en fais des fautes, loooooool !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas grave, tu pourras bosser chez Evene au moins ^^

      Supprimer
  8. Oh! Je ne suis pas du tout d'accord avec toi pour une fois! Et voilà comme on reçoit leslivres différemment! j'ai été très sensible à ce roman, au fait que le narrateur soit la Mort . j'ai aimé la construction complexe qui ne m'a pas du tout gênée. J'ai trouvé le roman plein d'émotion et en même temps de poésie, de tristesse mais sans pathos. Un roman, donc, que j'ai vraiment beaucoup aimé!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai conscience que le ressenti peut être très différent. Je reconnais que je suis souvent hermétique aux aspects poétiques d'un livre.

      Supprimer
  9. Normalement c'est cette semaine que nous avons notre LC sur Scott Le talisman. Tu es prête?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non je ne suis pas prête ! Je t'ai envoyé un mail.

      Supprimer
  10. Ce que j'ai pu pleurer dans ce roman... J'ai eu du mal avec la narration mais bizarrement, j'en garde un super souvenir. Weird.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En même temps, c'est sûre que l'histoire est émouvante. Mais comment ne pas l'être avec un tel sujet !

      Supprimer
  11. Autant cette tendance au pathos ne me tente pas trop en lecture, autant j'ai récupéré la version ciné "pour voir" ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai vu cet aprem et j'ai été plus émue. C'est vraiment fait pour faire pleurer dans les chaumières, mais justement le fait que tout ne soit pas annoncé 15 ans avant m'a plu. En plus, la mort est un homme et je ne m'y attendais pas (je n'ai pas bien étudié ma théorie du genre^^). Par contre, ils ont lissé à l'hollywoodienne le caractère de Liesel qui est quand même beaucoup plus "subversive" dans le livre.

      Supprimer
  12. ça y est, terminé! Et je partage plutôt ton point de vue, j'ai globalement aimé, mais ce n'est pas un coup de coeur qui emporte tout!

    RépondreSupprimer
  13. Même si lire des livres plus sérieux serait un bien, je ne vais pas commencer par celui-ci ;-) Merci en tout cas pour ce compte rendu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je lis aussi des livres légers :-) Je continue avec plaisir la série Fool's gold de Susan Mallery !

      Supprimer
  14. Merci pour ta participation. Du coup je suis un peu refroidie par ton billet, je ne pense pas me procurer le livre de sitôt :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien ! Cela dépend beaucoup de personnes ont aimé mais si tu n'es pas très sensible à la poésie, passe ton chemin !

      Supprimer
  15. Moi, je trouve ça rassurant que les gens aient des avis différents sur un livre, je me méfie plus des livres sur lesquels tout le monde a le même avis (je suis peut-être bizarre) De mon côté, j'avais adoré ce roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non je te comprends moi aussi je m'en méfie un peu, mais quand ce sont des livres populaires comme celui-ci on se demande toujours un peu à côté de quoi on est passé. Même si là je sais que c'est parce que je n'aime pas trop les aspects poétiques et que je connais vraiment le thème de la 2eGM.

      Supprimer