dimanche 29 décembre 2013

L'instinct de l'équarisseur de Thomas Day

Précision : Le titre complet est L'instinct de l'équarrisseur. Vie et mort de Sherlock Holmes.

Avant-propos : En ce moment, je m’intéresse beaucoup à Sherlock Holmes (j’ai d’ailleurs toujours un billet en souffrance sur les quatre premières histoires des Aventures de Sherlock Holmes) et à toutes les œuvres dérivées qui lui sont consacrées ainsi qu’aux livres qui ont fait d’Arthur Conan Doyle un personnage de fiction.
Je ne sais plus exactement comment j’ai entendu parler de cet ouvrage, mais son concept m’a séduit.
À noter que contrairement à ce que je pensais au départ (à cause de son nom et du thème so british), l’auteur est français.

Mon résumé : Arthur Conan Doyle est appelé par John Halliwell Watson pour venir assister à une enquête de Sherlock Holmes dans la ville de Londen car l’ « assassin royal » se lance les traces de Jack l’Eventreur.

Mon avis : J’ai adoré l’humour de l’auteur et son univers ultra référencé (par rapport à Sherlock Holmes, mais aussi à l’histoire, à la littérature et au cinéma), même si l’ouvrage est un peu inégal.
Dans cette histoire, il existe deux mondes parallèles : celui d’Arthur Conan Doyle et le monde dans lequel vit le vrai Sherlock Holmes, assassin royal sans pitié, marié à une indienne, mais toujours adepte de drogues et maître de la déduction. Il est engagé dans une grande partie d’échecs avec Moriarty dont l’enjeu au départ est d’arriver à résoudre l’énigme de l'identité de Jack l’Eventreur.
John Watson est un inventeur célèbre. C’est le meilleur ami de Sherlock Holmes et il l’accompagne dans ses missions pour la reine Epiphany Ire.
Arthur Conan Doyle a été choisi pour relater les aventures de Sherlock Holmes, mais celles-ci sont trop extraordinaires pour qu’il les raconte telles qu’elles, alors il transforme la réalité pour qu’elle soit acceptable pour la société victorienne.
Tout au long de l’ouvrage, on croise avec plaisir des personnages célèbres dont les rôles sont plus ou moins importants et plus ou moins détournés : Oscar Wilde, Richard Burton, Sigmund Freud, Jack London, Butch Cassidy et Sundance Kid...

L’ouvrage est composé de trois parties (en plus d’une introduction drôlissime).
La première partie est absolument formidable : nos héros se lancent sur les traces de Jack l’Eventreur qui sévit à Londen comme à Londres (ce qui se passe dans l’un des mondes à une réciprocité dans l’autre). J’ai particulièrement aimé la résolution du l’énigme à Londres.
La deuxième partie m’a paru un peu longue car on se concentre sur Moriarty et sa complice.
Mais la troisième partie est plus intéressante. On retrouve nos trois héros du départ. On plonge un peu plus dans le côté fantastique puisque Moriarty se lance à la recherche du secret de l’immortalité et de ce que l’on appelle l’instinct de l’équarrisseur au pied du Machu Picchu. On va aussi découvrir l’origine du peuple Worsh qui contrôle une partie de Londen.

J’ai été séduite par l’humour un peu particulier de l’auteur (et parfois un brin graveleux). Je vous cite quelques passages : 
"Pour descendre jusqu’à celui-ci, Watson et Holmes se laissèrent glisser le long d’un mât métallique et inoxydable comme celui qu’utilisent les pompiers de Portsmouth pour gagner du temps en cas d’incendie. Il y avait sans doute quelque symbole phallique, voire une forme peu banale de communion homosexuelle dans ce rituel enfantin, mais il était probablement déconseillé de faire ce genre de remarques à quelqu’un d’aussi fasciné par la violence que Sherlock Holmes, et qui, selon les dires de son fidèle compagnon, John Halliwell Watson, claudiquait à cause d’une relation homosexuelle ayant mal tourné." 
" – Malgré votre grossièreté flagrante et votre manque d’éducation qui ferait passer une putain slave imbibée à la vodka frelatée pour une lady d’Oxford, il me reste quelque humanité me poussant à vous prévenir : si nous revenons à Baker Street sans ces ouvrages, Monsieur Holmes sera très mécontent." [Arthur Conan Doyle s’adresse ainsi au libraire de Londen Richard Burton]."
"Ici, les armes sont en vente libre, que dis-je, le gouvernement vous en offre une pour Noël si vous avez tué dans l’année écoulée plus de deux criminels recherchés, cent crotales, un prêtre papiste ou un Indien renégat. Et vous pouvez cumuler ! Il est quasiment impossible de mourir de vieillesse dans ce pays. » [au sujet des Etats-Unis dans le monde de Sherlock Holmes]. 
"Planté au beau milieu du hall de l’établissement hôtelier comme une endive en terre qui n’a pas encore connu les joies de la cuisson enroulée dans une tranche de jambon, bien plus intéressé par la peinture et son ostentation que par le billet de leur informateur-mystère, Arthur remarqua que se trouvaient, perdues au milieu de ces chefs-d’œuvre picturaux si délicats, quelques croûtes affreuses, indignes, signées par un trembloteux portant le nom par barbaresque de Pablo Ruiz Blasco y Picasso – un Mexicain ? – ; il s’agissait pour la plupart d’autoportraits d’une laideur à faire avorter une nonne."
"Holmes alluma sa pipe, toussa et regarda le Worsh  avec un air d’inquisiteur espagnol venant de mettre la main sur une pleine cargaison de sorcières dénudées et vociférantes."

En quelques mots : Un univers décalé et original, bien servi par un humour décapant et des références innombrables, même si le côté un peu inégal m’a fait passer à côté d’un coup de cœur. Je compte découvrir d’autres livres de l’auteur.

17 commentaires:

  1. Entièrement d'accord avec toi, l'ouvrage est inégal, je me souviens que ma lecture avait marqué le pas sur certains passages. Néanmoins, sans être en effet un coup de coeur, j'avais tout comme toi été plutôt séduite par cet univers, par l'écriture et par le jeu de références. J'ai bien aimé la connivence instaurée avec le lecteur qui connaît (plus ou moins) bien les auteurs et personnages dont il est question.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout pareil ! Je sais que j'en ai manqué, mais j'ai vraiment adoré celles que j'ai reconnues ! On ne toruve malheureusement pas tant d'auteurs capables de faire cela, mais j'adore ce genre de romans !

      Supprimer
  2. Moi aussi j'essaye de lire tout ce qui se fait sur Sherlock Holmes. Je rajoute celui là dans ma liste grâce à toi. Merci!

    RépondreSupprimer
  3. Ouuuuh, mais ça a l'air carrément tentant tout ça !!! Le côté loufoque et so british ont l'air excellent. Je note immédiatement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois bien avouer que j'ai été hyper surprise que l'auteur soit français, car en général ils n'écrivent pas des livres comme celui-là !

      Supprimer
  4. Thomas Day est un auteur que j'apprécie beaucoup, je garde un bon souvenir de ce roman !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je compte bien découvrir son ouvrage La voie du sabre !

      Supprimer
    2. Tu as raison, il est excellent ! Ça fait d'ailleurs un moment que je veux le relire.

      Supprimer
  5. J'hésite, car d'un côté, ça a l'air excellent mais d'un autre, je ne suis pas si fan des pastiches de Sherlock Holmes que ça. A voir donc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement, c'est tellement détourné que ça s'éloigne en grande partie du canon. Il y a plutôt des références à la culture littéraire en général qu'au canon en lui-même.

      Supprimer
  6. J'en prends bonne note, évidemment ! (comme toi, je peux difficilement resister à Sherlock Holmes ...)

    Et j'en profite pour te souhaiter une excellente année 2014 !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai encore pas mal de choses autour de Sherlock pour 2014...
      Bonne année à toi aussi !

      Supprimer
  7. Comme ca a l'air très drôle, je note ! Tu as regardé Elementary ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des passages hilarants ! J'avais commencé à regarder Elementary que j'aimais bien en tant que série du type Mentalist, mais pas en tant qu'adaptation de Sherlock, car on ne fait référence à aucune des enquêtes. Mais je me suis spoiler par hasard sur la page wiikipédia d'Irène Adler, un spoiler vraiment énorme, qui gâche tout. Depuis, j'essaye de l'oublier, mais je n'y arrive pas. Ce qui est drôle, c'est que Mrs Figg s'est spoilée sur exactement la même page que moi !

      Supprimer