lundi 4 mars 2013

Au temps du roi Edouard de Vita Sackville-West

Lecture commune avec Adalana

Mon résumé : Nous sommes en 1905 et la demeure de Chevron est l'un des endroits où il faut être vu si l'on fait partie de l'aristocratie britannique. Pendant que Lucie la maîtresse des lieux distrait les invités, son fils Sebastien, âgé de 20 ans, duc en titre, se réfugie sur les toits pour retrouver un peu de calme et fuir toutes les personnes présentes au dîner.

Mon avis : Un début absolument virevoltant. En lisant les descriptions de Vita Sackville-West, on a l'impression que tout le premier chapitre est une sorte de plan-séquence, où l'on passe d'un lieu à un autre d'un personnage à un autre sans rupture, juste par petit décalage et c'est magnifique. On en sort avec une légère impression de tête qui tourne, mais c'est grisant.
Mais ce qui fait selon moi tout le charme de ce livre, c'est la description de ce microcosme par des observateurs différents, souvent ironiques voire désabusés. Sebastien est l'un d'entre eux. Il peine à trouver sa place dans ce monde, ne se reconnaît pas dans les amis de sa mère et pourtant, il ne peut s'empêcher de jouer son rôle. Par les différentes relations qu'ils entament avec des femmes, il cherche tour à tour à se rapprocher de son monde car il partage un certain nombre de valeurs et de comportements avec le reste de la noblesse, mais aussi à s'en éloigner le plus possible en frayant avec des "classes inférieures" tout en se demandant si leurs différences ne sont pas insurmontables. Sebastien est un personnage qui irrite parfois par ses enfantillages et son indécision, mais qui arrive aussi à être assez séduisant. Un seul regret que la fin soit ouverte et que l'on ne sache jamais ce qu'il décide vraiment de faire.
Autour de lui gravite toute une galerie de personnages. Sa soeur, Viola, partage les réticences de Sebastien envers leur classe, mais n'est pas du tout fascinée par elle. Son destin est assez intéressant car atypique. Le frère et la soeur rencontre l'explorateur Lionel Anquetil qui va les pousser chacun à changer de vie. Pour Sebastien, cela aura lieu dans une scène mémorable sur les toits où Anquetil lui dit qu'il faut qu'il parte s'il ne veut pas être prisonnier de sa vie. Lucie, la mère de Sebastien et Viola, représente la frivolité dans toute sa splendeur. Séduisante à première vue car elle a toujours le mot qu'il faut, elle se révèle totalement creuse et égoïste. Sa meilleure amie, Sylvia, devient la maîtresse de Sebastien. Lucie ne l'ignore pas mais ne l'évoque jamais car dans ce monde tout se sait, mais tout se tait. Sebastien va aussi rencontrer Thérèse, la femme d'un docteur, qui est absolument éblouie par le monde de Sebastien et rêve d'y entrer mais elle sera vite confrontée à un dilemme.
Les domestiques de la maison ne sont pas laissés de côté et l'on s'amuse de voir qu'ils reproduisent les codes sociaux de leurs maîtres en faisant par exemple s'asseoir les domestiques à l'office de la même manière qu'à la table du dîner servi dans la pièce principale. De la gouvernante au charpentier tous aiment bénéficier du  prestige de servir à Chevron.
Mais c'est aussi le portrait d'un monde qui meurt. L'auteur y fait allusion à plusieurs reprises, les changements de mentalité se font sentir, les fils ne veulent plus faire le même métier que leurs pères, les automobiles remplacent les voitures tirées par des cheveux...L'oisiveté, la frivolité, les excès des représentants de l'aristocratie britannique commence à être stigmatisés. On a l'impression d'assister à la fin d'une époque, ce qui est mis dans le livre sur le compte de la mort du roi Edouard par certains (rendez-vous compte on sort un miroir de poche pour se recoiffer lors du couronnement du roi George !)

En quelques mots : J'ai adoré la plume cynique de l'auteur qui arrive à nous décrire l'aristocratie britannique sous toutes ses coutures et dans tous ses travers. Presque un coup de coeur si la fin ne se terminait pas sur un point d'interrogation (un personnage dit qu'il va faire quelque chose, mais au final on ne sait pas si il l'a fait).

Le billet d'Adalana, qui a aimé tout comme moi.

Le billet d'Eliza qui m'a Sackvillisée  ainsi que nombre d'entre nous dont Deuzenn !



30 commentaires:

  1. Je pourrais bien me laisser tenter, j'avais déjà lu le billet de Deuzenn, et le côté critique, mais aussi la peinture d'un monde qui se meurt, tout ça me dit bien. En plus je n'ai jamais lu Sackville-West!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux que te conseiller ce titre. Franchement c'est l'esprit acéré de VSW que je retiens le plus. Sa description est d'une finesse qui mérite la lecture !

      Supprimer
  2. Bon, il faut absolument que je me l'achète !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que tu n'as absolument plus le choix !

      Supprimer
  3. Une auteure qu'il faut que je relise car ma première rencontre avait été plutôt ratée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois dire que les thèmes de certains autres de ses romans me laissaient un peu dubitative. Mais j'ai été saisie par sa plume. A partir de là, je crois qu'elle aurait pu me raconter le bottin, ça aurait été pareil !

      Supprimer
  4. WAOUH...je pense que je vais l'adorer, il faut que je le glisse dans mon planning de mars!Je suis tombée dessus par hasard au virgin des champs (acte de citoyenneté solidaire)et pense avoir eu le nez fin sur cette merveille!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il faut dire que je trouve la couverture très séduisante...J'espère qu'il te plaira autant qu'à nous !

      Supprimer
  5. Je suis contente d'avoir découvert l'auteure avec ce roman, je me suis vite laissée séduire par son écriture et je l'ai lu quasiment d'une traite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ma part, j'ai lu les 100 premières pages d'une traite et puis j'ai été forcée de le poser à regret ;-) Une excellente découverte !

      Supprimer
  6. Rha mais avec toutes ces chroniques de VSW, je vais être OBLIGÉE de m'y mettre! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense en plus que sa vision ironique de la société te séduira beaucoup. On ne s'attache pas vraiment aux personnages, mais la façon dont elle les décrit est vraiment ciselée

      Supprimer
  7. Plus je lis de billets sur Vita Sackville-West et plus j'ai envie de la lire !!
    Je crois que je lirai celui-ci en premier, j'aime bien cette ambiance du début du siècle en Angleterre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que c'est un bon point d'entrée, les autres ont des thèmes un peu plus originaux, mais vu que je les ai pas encore lus, je ne saurais pas te conseiller. (Mais je compte bien y remédier!)

      Supprimer
  8. Très heureuse de voir que tu as apprécié inconditionnellement la belle plume de Vita Sackville-West !! Et ravie aussi que nos lectures fasse des émules ;-) Comme toi la fin m'a surprise, et un peu frustrée, mais elle correspond je trouve à l'indécision dans laquelle se trouvent les classes dirigeantes à la veille de la guerre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement, j'ai tout de suite aimé. Oui on va vraiment bientôt pouvoir monter un club^^Je n'aime vraiment pas ce type de fin ouverte(même s'il y a bien pire). Là on peut penser qu'il va le faire. Mais j'ai quand même un gros doute...

      Supprimer
  9. Ah je rejoins mille fois ta critique! Eliza en a fait des adeptes! Lis vite les autres, ils sont aussi bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai déjà Haute société dans ma PAL que je compte lire bientôt ! Et ensuite je verrai !

      Supprimer
  10. Dis do,c, ton billet fait drôlement envie... Je sors du boulot et je passe à la librairie, on ne sait jamais (ou alors je clique sur Am...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que cela te plaira. Ce n'est vraiment pas mièvre.

      Supprimer
  11. C'est un très bon roman, j'adore cette auteure, mon préféré reste "Toute passion abolie", une merveille !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne l'ai pas encore lu, mais je compte bien découvrir un bon bout de son oeuvre !

      Supprimer
  12. J'ai découvert cette plume anglaise l'année dernière avec Paola. Je compte bien la relire. Je note celui-là!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu que pour certains livres les avis étaient partagés, mais Au temps du roi Edouard semble faire l'unanimité, alors je ne peux que te le conseiller !

      Supprimer
  13. J'ai adoré ce roman pour les mêmes raisons que toi : la description de la fin d'un monde, la galerie de personnages, l'ironie de l'auteur. Ce fut un vrai régal pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai aperçu dans ma blogroll que tu avais lu ce livre, je vais aller voir cela de ce pas !

      Supprimer
  14. J'ai acheté ce roman il y a plusieurs mois, tu viens de lui faire gagner quelques places sur ma pàl grâce à ce billet ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce fut franchement une très bonne découverte et pour l'instant, je n'ai toujours pas trouvé de personnes qui n'ont pas aimé !

      Supprimer
  15. je pensais avoir laissé un com mais c'est sur le site titine que j'ai vu le livre et comme j'ai aimé toute passion abolie, je vais m'empresser d'acquérir celui-là ! C'est une sortie poche récente ? Je vois qu'il fait fureur !

    RépondreSupprimer
  16. Oui j'ai vu que tu parlais que tu avais lu mon billet dans un com chez Titine^^ La sortie date d'octobre. Je peux te dire aussi qu'il y a eu encore une sortie en poche ce mois-ci, c'est Dark Island. C'est bon signe pour le reste de sa bibliographie !

    RépondreSupprimer