lundi 17 novembre 2014

Murder your darlings de JJ Murphy (Dorothy Parker, Tome 1)


Avant-propos : J'avais repéré ce livre sur goodreads il y a déjà un moment et une animation de Whoopsy Daisy autour des années 20 m'a donné envie de m'y plonger. 
De plus, j'ai appris (avec surprise) qu'il allait sortir en France, le 6 février 2015 chez Baker Street sous le titre "Petits jeux de meurtres entre amis". 
Comme dans d'autres série de livres, la personne qui va jouer les détectives est un auteur célèbre. Ici, c'est Dorothy Parker qui mène l'enquête.

Mon résumé : Un meurtre a été commis à la célèbre table de l'Algonquin où Dorothy Parker et ses amis du "Cercle Vicieux" se réunissent tous les jours pour manger. Les soupçons se portent rapidement sur un jeune auteur fraîchement débarqué du sud des Etats-Unis que Dorothy a pris sous son aile, un certain Billy Faulkner...

Mon avis : Le point fort du livre est les réparties spirituelles (le fameux "wit") de Dorothy Parker et de ses amis. Je ne connais pas bien Dorothy Parker donc je ne peux pas vraiment dire si elles sont fidèles ou pas, mais en tout cas pour beaucoup, elles font mouche. Par exemple, au début du livre, elle fait tourner en bourrique un inspecteur de police en jouant sur ce qu'elle a dit.

L’atmosphère des années 20 est plutôt bien retranscrite. Nous sommes à New-York au temps de la Prohibition avec ses bars clandestins (les speakeasy) et ses gangsters. Les éditeurs et chroniqueurs sont extrêmement lus et peuvent faire le succès (ou l'échec) d'une pièce de théâtre ou d'un livre. Dans les couloirs de l'Algonquin, on croise des stars de cinéma comme Douglas Fairbanks ou Harpo Marx.

William Faulkner arrive à New-York dans le but de découvrir sa voie(x). Il veut rencontrer Dorothy Parker pour bénéficier de ses conseils. Le côté un peu pataud, un peu sudiste et un peu déplacé de William Faulkner est assez touchant (même s'il sait aussi faire preuve de répartie). Le moment où il va trouver sa voix est particulièrement bien écrit, je ne sais pas si c'est un extrait d'un de ses textes (mais je pense que cela aurait été précisé), en tout cas, on voit bien que le style est totalement différent de ce qu'on a lu dans le reste de l'ouvrage.

Le meurtre est assez original puisque il est commis à l'aide d'un stylo-plume (je me suis d'ailleurs demandée si c'était vraiment possible de tuer quelqu'un avec cet objet^^).
La scène finale qui se déroule dans une imprimerie après une course-poursuite dans les rues de New-York, est assez réussie (même si elle n'est pas totalement crédible). On se laisse emporter dans un tourbillon d'événements et surtout elle a quelque chose de très visuel, on imagine très bien qu'elle puisse être adaptée au cinéma.

A la fin, l'auteur rétablit certains faits en expliquant ce qu'il a modifié pour les besoins de la fiction ce que j'apprécie toujours. Par exemple, il précise que si Faulkner est allée à New-York dans les années 20, il n'a rencontré les membres du Cercle que dans les années 30. De manière beaucoup plus anecdotique, on apprend que le speakeasy de Tony Soma a été rasé en 1930 pour laisser place au mythique Rockfeller Center !

Il y a quand même quelques éléments qui m'ont dérangée. Tout d'abord, l'auteur prête à Dorothy Parker des sentiments amoureux pour Robert Benchley, alors que visiblement ils partageaient juste une profonde amitié (ce qui aurait à mon avis était plus intéressant qu'une pseudo-intrigue amoureuse).
Ensuite, il est assez facile de trouver le coupable, ce qui est souvent le cas dans ce genre de livres où le but est surtout de faire revivre une époque et un auteur.
Ce qui m'a le plus dérangée, c'est surtout que les membres du Cercle sont assez méchants entre eux. C'est un humour assez tranchant et parfois je me demandais pourquoi ils déjeunaient tous les jours ensemble si c'était pour se balancer toutes ces critiques ou se jouer perpétuellement des tours. Par exemple, ils prennent continuellement Harold Ross pour un idiot, notamment quand il leur propose son idée de créer un magazine pour les New-yorkais...qui deviendra évidemment le New-Yorker ! Cela rend parfois les protagonistes antipathiques.

En quelques mots : Malgré les critiques que j'ai émises, le livre m'a donné envie de découvrir les écrits Dorothy Parker et de William Faulkner, je pense donc qu'il a atteint son but ! Je lirai peut-être la 2e aventure de Dorothy Parker (c'est une série) car certaines réparties étaient vraiment très drôles.






6 commentaires:

  1. Je suis contente de pouvoir te relire!
    Comme toi, je ne connais pas tellement Dorothy Parker mais même si ce roman a l'air agréable à lire, je pense que je commencerai par ses œuvres. Histoire de me familiariser un peu avec ce qu'elle a écrit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :-)
      Le "problème" de Dorothy Parker est qu'elle a surtout écrit de la poésie, des nouvelles et des articles de journaux et j'avoue que c'est moins mon truc. Mais bon, il faudrait que je la lise quand même ^^

      Supprimer
  2. Ce livre ne me tente pas. En revanche, Dorothy Parker m'intéresse. J'aimerais découvrir ce qu'elle a écrit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui moi aussi je pense me laisser tenter...

      Supprimer
  3. J'ai lu quelques nouvelles et articles de Dorothy Parker, c'est un régal ! Du coup, je note cette série :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca se lit assez vite de toute manière ;)

      Supprimer